A jamais…

Désirs, passions, brûlent ton coeur,

Rêves éphémères qui à jamais se meurent,

Ennivrée d’envies qui s’effacent,

Chaque jour, tu cherches ta place.

)()()()(

Le temps te presse de faire,

Ce que jamais tu ne feras,

Tic Tac incessant qui rit de toi,

De l’enfant dont tu gardes le mystère.

)()()()(

Souffrances intenses, larmes brûlantes,

Sentiments immenses, angoisses permanentes…

)()()()(

Ont meurtri l’enfant qui jamais n’a grandi,

On pris possession de son âme,

L’empêchant à jamais d’être femme,

Femme dont elle n’est qu’une image sans vie.

)()()()(

Aujourd’hui, tu restes prisonnière, D’un monde indifférent,

Qui dissimule sa cruauté sous des sourires rassurants,

Et tu continues ta marche, lente, hésitante,

Laissant cette âme hémophile, écouler sa peine… impuissante.

                                                                          1994-1996

 

Publié dans : POESIES |le 7 avril, 2010 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

livres d'occasion bouquinsd... |
Stephan LEWIS - fantastique |
silentenigma |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entre deux nuages
| Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots