Pendant le cours de danse

Au son de ces mélodies qui glissent en cascades,

Je contemple ton corps gracile qui se balade,

je le vois se modeler, changer au fil des jours,

petite fille, mon bébé, mon Amour.

*****

La musique s’agite et tu t’envoles,

c’est à peine si tes pieds semblent toucher le sol,

tu t’appliques, et dans le miroir

je peux croiser, l’espace d’un instant, l’espièglerie de ton regard.

*****

Les notes deviennent plus saccadées,

pointes tendues, tu marches, un rien hautaine,

petit être fier, tu sembles vouloir dominer

un monde que tu découvres à peine.

*****

Les doigts du pianiste s’accélèrent sur les touches,

et tu danses, sautes, le rire à la bouche

pas de Polka, tu tournes tournes, grisée,

petit elfe léger, tu respires la liberté.

*****

Soudain, la musique s’arrête et dans le silence qui s’installe,

la magie se brise, l’endroit devient glacial

les petits chaussons roses se pressent en coeur,

c’est le moment d’embrasser le professeur.

Pour toi ma Delphine

Publié dans : POESIES |le 1 juillet, 2009 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 26 juin, 2009 à 19:58 Nicole écrit:

    Que dire à tout ça,rien je me suis laissée bercer par la musique et par ses douces paroles…….

  2. le 8 juillet, 2009 à 20:32 Dominique écrit:

    Que c’est joli et que de souvenirs en écoutant cette douce mélodie et en lisant ce texte qui me transporte. Je vois ma DD qui danse danse …

  3. le 8 juillet, 2009 à 20:37 fladelan écrit:

    merci pour ses gentilles paroles

Laisser un commentaire

livres d'occasion bouquinsd... |
Stephan LEWIS - fantastique |
silentenigma |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entre deux nuages
| Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots